Charlotte Delbo

10 août 1913 - 1er mars 1985

"Je lis les textes de Charlotte Delbo sur la déportation, magnifiques dans leur simplicité (...) J'aurais voulu la connaître. La filmer. J'aurais voulu faire un portrait d'elle. Je crois que sa présence m'aurait encouragé."

Rithy Pahn

(L'élimination, Grasset 2012)

 


 

Description de l'image



                      Charlotte Delbo est née le 10 août 1913, à Vigneux-sur-Seine (Seine-et-Oise, Essonne actuelle). D’une famille d’immigrés italiens, elle est l’ainée de quatre. Son père, Charles, est chef monteur, spécialisé dans les ouvrages en fer.

Description de l'image

La famille Delbo, en 1926, à Vigneux-sur-Seine.

De gauche à droite

Au premier rang: André et Odette Delbo (la poupée représente le petit Daniel, qui naîtra quelques mois plus tard), 5 et 8 ans

Au second rang: Charles, le père, Erminie, la mère et Charlotte (13 ans) 

(Coll. part. Dany Delbo)


Sténo-dactylo bilingue en anglais, dans le Paris des années 30, elle fait la connaissance d’Henri Lefebvre qui l’introduit auprès d’un groupe de jeunes philosophes qui réfléchissent autour de Georges Politzer et Paul Nizan. A leurs côté, Charlotte découvre le marxisme et rejoint les Jeunesses Communistes en 1934, puis, à partir de 1936, l’Union des Jeunes Filles de France, créée et dirigée par Danielle Casanova.


Sur les bancs de l’Université ouvrière, elle fait la connaissance de Georges Dudach (1914-1942) , fervent militant communiste. Ils se marient le 17 mars 1936.

 

 

Description de l'image

Georges Dudach, le futur mari de Charlotte Delbo, en 1935

Description de l'image

Georges Dudach en 1937 (archives GASPI)


A partir de 1937, pour le compte du journal communiste « Les Cahiers de la Jeunesse » que dirige Dudach, Charlotte fait des piges culturelles. A cette occasion, elle interviewe Louis Jouvet. Ce dernier lui propose de venir son assistante et l’embauche dans la troupe du théâtre de l’Athénée qu’il dirige. Elle est notamment chargée de prendre en sténo et de reconstituer les cours qu’il donne aux étudiants du Conservatoire.



En 1940, après l’arrivée des Allemands à Paris, les limites imposées à la troupe par les occupants deviennent insupportables à Jouvet. Il décide donc d’emmener la troupe en tournée, en Suisse d’abord, puis en Amérique latine. Charlotte accompagne la troupe mais lorsque le Patron décide de ne pas rentrer en France, en septembre 1941, elle refuse de le suivre et, seule, rentre en France où elle retrouve Georges Dudach, entré dans la clandestinité. Rattaché au réseau Politzer, il s’occupe notamment des aspects techniques de publication de la revue clandestine La pensée libre. Pour le compte du Comité National des Ecrivains qui donnera naissance aux Lettres Françaises, il est également le lien avec Louis Aragon et Elsa Triolet, réfugiés en zone libre. A son retour d’Amérique latine, Charlotte prend sa place dans le réseau. Elle est officiellement chargée de l’écoute de Radio Londres et Radio Moscou, de la dactylographie des tracts et revues. Actions qui lui vaudront, après la guerre, d'être homologuée adjudant-chef au titre de la résistance française.


Le 2 mars 1942, cinq policiers des brigades spéciales font irruption dans leur studio du 93 rue de la Faisanderie. Ils tombent dans un vaste coup de filet qui décapite le mouvement intellectuel clandestin du PCF. Avec eux sont arrêtés Georges et Maï Politzer, Danielle Casanova, Jacques Decour, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Marie-Elisa Nordmann et beaucoup d’autres.


Après interrogatoires, Georges et Charlotte sont transférés à la Santé.

Dudach est condamné à mort. Le 23 mai 1942, il est fusillé au Mont Valérien. Le matin de son exécution, Charlotte peut lui dire adieu.


Le 24 août, Charlotte est transférée au fort de Romainville. Le 20 janvier, 230 déportées politiques partent pour le camp de Compiègne où, le 23 janvier au matin, elles montent dans le train qui les emporte vers Auschwitz-Birkenau.




Lire page suivante




Description de l'image

Marie-Claude Vaillant Couturier (photo DR)







Danielle Casanova

(photo DR)

Description de l'image
Description de l'image

Hélène Solomon Langevin (photo DR)

 SITE CONCU ET REALISE PAR VIOLAINE GELLY ET PAUL GRADVOHL - COPYRIGHT ASSOCIATION LES AMIS DE CHARLOTTE DELBO - 2012