Transmission et Mémoire

RUBRIQUE EN COURS DE CONSTRUCTION

 

A l’usage des jeunes générations

« Expliquer l’inexplicable »*

Charlotte Delbo et son œuvre

 

 

Inlassablement, écrire, raconter, témoigner, transmettre, dire…

 

Nous savons que dans un futur proche, les rescapé(e)s, survivant(e)s des camps de concentration et d’extermination auront disparu.

Ces femmes et ces hommes ne seront plus là pour nous raconter, pour témoigner, pour nous dire l’inconcevable expérience qui fut la leur et celles de leurs compagnes et compagnons…

Inlassablement, pour que l’on sache et que l’on n’oublie pas, qu’on ne les oublie pas, il faut, il faudra qu’à leur tour les jeunes générations et les suivantes prennent le relais de leurs voix, de leurs paroles, en puisant dans les œuvres qu’ils nous auront laissé en héritage.

Ce passage de témoin, déjà entrepris, pourra ainsi perpétuer et maintenir au-delà de leur mémoire un état d’éveil aux menaces toujours présentes d’inhumanité.

Claude Alice Peyrottes

 



Il faudra dire la vérité, même aux mères

 

« On trouve chez Charlotte Delbo comme chez tous les rescapés la même obsession : revenir pour raconter, et son corollaire : la peur de ne pas être entendu. (…)

La plupart des survivants ont cherché, à leur retour, à démonter les mécanismes de la Shoah, ou à nous faire connaître ce que devinrent les femmes et les hommes déportés, ce qu’était un camp de déportation ou d’extermination. Charlotte Delbo, elle, suppose que nous sommes déjà informés. Son propos n’est donc pas de nous apprendre ce qu’elle croit que nous savons déjà, et c’est bien là son originalité. Elle nous fait sentir, voir, toucher, éprouver dans notre corps ce que signifient ces mots de tous les jours : faim, soif, peur, désespoir, courage, amitié, solidarité, etc. (…)

L’œuvre de Charlotte Delbo est écrite pour être dite à voix haute et entendue. Le lecteur ou le spectateur que nous sommes et auquel elle s’adresse, même s’il ne peut pas tout comprendre, même s’il ne peut pas voir ce qu’elle a vu, est atteint dans son corps, touché au cœur par ces paroles.(…)

Charlotte n’édulcore pas la réalité, n’enjolive rien, n’omet rien. (…) Elle nous donne à voir ce que ses yeux ont vu ; la réalité est nue, telle qu’elle l’a perçue. « Il faudra dire la vérité, même aux mères. » « C’est bien pour que la vérité se sache que nous voulons rentrer. Nous aurons eu la force de la vivre, pourquoi les autres n’auraient-ils pas la force de l’entendre ? disent les femmes de Qui rapportera ces paroles ? »

                                                                               Cécile Godard - Postface de Qui rapportera ces paroles ? de Charlotte Delbo (HB Editions, épuisé)



*« Expliquer l’inexplicable » extrait d’un texte dans La mémoire et les jours de Charlotte Delbo (Edition Berg International)